Historique

Petit village résidentiel de 3500 habitants, à quelques kilomètres au nord de Montpellier, MONTFERRIER est perché sur un piton volcanique qui domine la vallée du Lez.
Son église St Etienne est d’origine romane (XIe siècle).
Son château, construit au XVIIe siècle par le Marquis de Montferrier, est aujourd’hui occupé par la mairie.
Ancien village viticole il a su se tourner vers l’avenir en développant une zone de laboratoires internationaux…

Montferrier sur lez

Située aux portes de Montpellier, Montferrier-sur-Lez bénéficie d’un emplacement privilégié dominant la vallée verte du fleuve héraultais. Cette commune résidentielle de près de 3 500 habitants est aujourd’hui reconnue pour son pôle de recherche en développement durable.

Au Nord de l’Agglomération, Montferrier-sur-Lez est perchée sur un ancien volcan, à 150 m au-dessus du niveau de la mer, dominant la vallée verdoyante du Lez en direction de Montpellier. Cette colline conique est constituée de roches basaltiques. .

Le château du marquis de Montferrier

Au XVIIe siècle, un château a été construit dans le goût de l’époque par la marquis Antoine du Vidal, premier consul de Montpellier, titulaire de la seigneurie de Montferrier.
Sans cesse embelli, il est devenu une des plus belles résidences de la province.
Le château dominait la pente de la colline sur laquelle s’étendaient trois étages de larges terrasses en gradins, aménagées de jardins à la française, jusqu’à un vaste parc traversant le Lez. Il fut pillé à la révolution et en partie détruit.
En 1850, ce qu’il restait du château a été rendu à la commune et depuis un siècle une partie du bâtiment est reconstituée pierre après pierre.
La mairie en occupe une aile, ses caves et cuisines ont été réhabilitées pour accueillir des expositions. Ses terrasses d’où la vue est imprenable, sont d’agréables lieux de promenade et la scène de manifestations culturelles. A quelques pas, l’église Saint-Etienne, bâtie directement sur le basalte, date pour sa partie la plus ancienne du Xe siècle.

Vie à Montferrier

En contrebas du château, au bout de rues étroites, s’étend la partie la plus animée et commerciale de la commune.
La place des Grèses et ses commerces, l’espace Lucien Miquel et ses associations, les Aiguellières et ses joueurs de pétanque, la récente salle polyvalente Le Devezou et ses manifestations diverses et variées.
Les Montferriérains ont un goût particulièrement prononcé pour les activités culturelles et artistiques. Concerts classiques et contemporains, expositions, conférences philosophiques….
Un large éventail d’activités est proposé par les associations de la commune : peinture , reliure, poterie, photo, encadrement d’art, chorale, ciné-club,occitan, théatre…
Equipée de stades et de terrains de tennis, Montferrier-sur-Lez contente aussi les sportifs.

D'hier à aujourd'hui

Village de 600 habitants dans les années 60, Montferrier-sur-Lez en comptait 3 441 au dernier recensement de 2004. Limitée à 670 hectares, cette commune résidentielle est traversée par la vallée verte du Lez à vocation agricole (vignes et céréales) et comprend un vaste massif forestier, véritable poumon vert de l’Agglomération, qu’il partage avec Clapiers.
Cette superficie réduite et protégée rend l’extension future difficile et limitée.
Un développement de 12 hectares vers le nord est envisagé dans le cadre du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) de Montpellier Agglomération. 60 à 80 logements, en partie sociaux, sont également prévus à l’emplacement de l’ancienne distillerie, route de Mende.
Parmi les projets de la commune, l’agrandissement de trois pôles d’emplois est programmé : la zone artisanale Sainte-Julie, le pôle médical où exercent notamment des ophtalmologues réputés et le campus international de Baillarguet.
Fierté de Montferrier-sur-Lez, ce site de recherche scientifique situé au nord-est de la commune, spécialisé dans la protection biologique des cultures, est voué à se développer et emploie près de 1 500 personnes.
Il abrite sur une trentaine d’hectares de grands laboratoires français et étrangers comme le CIRAD, l’INRA, l’ENSAM, le CISRO, l’USDA. Quinze hectares supplémentaires permettront d’accueillir dans un premier temps une antenne du CNRS et à terme, toute la structure montpelliéraine de cet établissement de recherche public. Un Ecotron, outil pour la recherche en matière d’environnement, a été installé sur le site faisant de Montferrier-sur-Lez une commune à la pointe du développement durable.